Construction du nombre au C2

10 avril 2017 - Mathématiques


Construire le nombre au cycle 2, c’est se poser des questions inhérentes à l’histoire de notre humanité.
L’homme a inventé le nombre pour mémoriser une quantité, mémoriser une position, anticiper le résultat d’une action (retrait, ajout, partage…) sur une ou plusieurs collections.
Par souci d’économie de temps, pour éviter des manipulations longues et pénibles, parfois sources d’erreurs, le nombre a été créé.

Michel Fayol nous dit que les mathématiques ne sont pas quelque chose d’homogène, elles sont un assemblage d’une série très hétérogène de capacités qui comportent le langage, la mémoire, l’attention, la symbolisation, le raisonnement, sans que ce dernier ne soit dominant.


Le stage a permis de découvrir la difficulté de passer du vu, au su, au lu, à l’entendu avec des codes différents pas toujours cohérents (Stella Baruk). Pour aider les élèves, il faut sans doute aller du plus simple vers le plus complexe, du plus logique vers les exceptions.


On sait maintenant que dès la naissance, les bébés ont des compétences numériques, la difficulté va donc résider dans le passage de cette perception intuitive à la perception symbolique, aux significations ordinale, cardinale et nominale du nombre.


La construction du nombre est longue et le fruit de multiples expériences faisant appel à nos différents sens, à nos différentes intelligences, à des images mentales évocatrices et signifiantes.


Les notions de groupement, d’échange, d’algorithme, sont prépondérantes. La manipulation, les problèmes contextualisés, l’aide à la mémorisation, les apports du numérique, la bienveillance et le fait de donner du sens aux nombres et aux calculs ont été mis en évidence lors de ce stage.


Des ressources sont disponibles sur le mur du stage :
https://padlet.com/pascal_dellaqu1/construction_du_nombre_C2